Festival Nyansapo à Paris : on soutient !

Rédigé par Collectif Emancipation - - Aucun commentaire
Depuis quelques jours le festival NYANSAPO subit une campagne d'intimidation et de ent orchestrée par la osphére, élus FN, troll d'extrême-droite, mais aussi la Licra, leur allié.e.s de la gauche-pas-raciste et aujourd'hui la maire de Paris Anne Hidalgo qui veut INTERDIRE le festival et pense même à porter plainte contre MWASI, dans la longue tradition du Parti socialiste à vouloir détruire toute initiative des racisé.e.s qu'ils ne peuvent pas récupérer. 
Nous savons que la non-mixité d'une partie de notre festival n'est pas le problème principal et est utilisé comme prétexte. En effet aucun doute qu'un festival entièrement non-mixte où la programmation aurait encensé les valeurs de république, et dénigré nos communautés nous aurait valu la médaille du courage républicain. 
Comment nous aider ?
 Prenez vos billets, soutenez notre levée de fond et surtout partagez, vous habitez à Paris n'hésitez pas à appeler la mairie de Paris, si vous faites partie d'une organisation antiraciste, féministe, queer, partagez ce post et soutenez-nous sur Twitter. 
On est là, on bouge pas, notre festival sera militant, radical et flamboyant, quand on dit afroféministe de combat, on le pense.
 "Il faut savoir que l'adversaire vous tue intellectuellement, il vous tue moralement, avant de vous tuer physiquement. Mais c'est de cette manière que l'on a supprimé des groupes entiers. On vous nie en tant qu'Etre moral, on vous nie en tant qu'Etre culturel. On ferme les yeux, on ne voit pas les évidences. On compte sur votre complexe, sur votre aliénation, sur le conditionnement, les réflexes de subordination et sur tant de facteurs de ce genre. Et si nous ne savons pas nous émanciper d'une telle situation par nos propres moyens mais il n'y a pas de salut... nous menons, et on mène contre nous, le combat le plus violent, plus violent même que celui qui a conduit à la disparition de certaines espèces. Et il faut justement que votre sagacité intellectuelle aille jusque-là. "

Cheikh Anta Diop, conférence de Niamey, 1984". 

 

Pour en savoir plus : https://mwasicollectif.com

Classé dans : soutien - Mots clés : aucun

Conférence : voyager seulE, sans argent et sans peur

Rédigé par Collectif Emancipation - - 2 commentaires

Le collectif Emancipation propose une conférence avec Elisa Coll Blanco, féministe espagnole.

ce sera l'occasion de profiter de son expérience avec des échanges en espagnol, en anglais ou en français!

Classé dans : Non classé - Mots clés : aucun

Pour celles et ceux qui croient encore que la racisme anti-blanc existe...

Rédigé par Collectif Emancipation - - Aucun commentaire

 

autocollant de propagande d'un groupuscule d'extrême droite identitaireA l’heure d’une résurgence médiatique de la notion de « racisme anti-blanc », à la fois à travers les récentes déclarations de Jean-François Copé, candidat à la tête de l’UMP, premier parti de l’opposition en France, ainsi qu’avec les accusations réitérées contre Houria Bouteldja, Saïd Bouamama et Saïdou de la Zone d’Expression Populaire, il est temps de mettre fin à l’imposture intellectuelle que constitue ladite notion.
Parler de « racisme anti-blanc » c’est confondre ce qui relève des émotions, de la colère et ce qui a trait aux discriminations. En d’autres termes, c’est confondre les relations interpersonnelles et les rapports sociaux [1]. Ainsi, si Fatima, Mohammed, ou Fatou traitent Marie et Louis de « sales français » (relation interpersonnelle), le désagrément certain que constitue l’insulte sera mis sur le même plan que le fait que Fatima, Mohammed et Fatou risquent de voir leur CV refoulés en raison de leur couleur de peau, celle-ci signifiant une origine « autre », qu’elle soit réelle ou supposée (rapport social).

Lire la suite de l'article ici 

Et si vous êtes toujours sceptiques, allez-voir par ... 😉

Interview de Pinar Selek, écrivaine féministe turque, menacée d'enfermement à perpétuitée

Rédigé par Collectif Emancipation - - 31 commentaires


Pinar Selek est une féministe, anti-militariste et écrivaine turque. Elle est persécutée par l'Etat turc depuis presque 20 ans. Actuellement elle risque une condamnation à perpépuité. 

Merci de diffuser dans vos réseaux, sociaux ou pas, cette Interview de Pinar Selek :

Appel à soutien pour deux chouettes projets féministes !

Rédigé par Collectif Emancipation - - Aucun commentaire


Le collectif émancipation relaye un appel à soutien pour deux projets bien cools :


Le premier c'est Luciferine, un projet de café associatif féministe en mixité choisie (sans mecs cis*), qui sera un lieu d'échanges, de soins, de repas collectifs, d'ateliers, de projections, et autres réjouissances, le tout sans alcool 
On a besoin de fonds pour pouvoir ouvrir notre local, faire des travaux si besoin, et payer les premiers loyers... 

https://www.helloasso.com/associations/luciferine/collectes/ouverture-d-un-cafe-associatif-feministe 

*une personne "cis" (diminutif de cisgenre) est une personne qui se reconnait dans le genre qui lui a été attribué à la naissance, contrairement aux personnes "trans" 

Le deuxième projet c'est la bruyante Banda Violetta, qui est une équipe de batucada féministe qui joue dans divers évènements, on a besoin de sous pour acheter ou racheter du matériel, car nos tambours frisent parfois la casserole pour certains... et justement on veut pas se cantonner à la cuisine! 
Résultat de recherche d'images pour "batucada féministe"

https://www.helloasso.com/associations/les-desobeissantes/collectes/quand-les-tambourineuses-s-accaparent-l-espace-public

Classé dans : soutien - Mots clés : aucun

Manif de soutien à l'Etincelle : rejoignez le cortège le 1er mai!

Rédigé par Collectif Emancipation - - Aucun commentaire

Lundi 1er mai 2017

Venez soutenir l’Étincelle le 1er mai 2017 à Angers!

 

Comme vous le savez sans doute déjà, l’Étincelle, lieu militant associatif et autogéré depuis 20 ans à Angers, voit la fin de son bail au 30 avril prochain et n’a aucune solution de relogement pour continuer ses activités.

 

En effet, le quartier Thiers Boisnet dans lequel est situé l’Étincelle, subit les politiques d’aménagement du territoire qui invisibilisent de plus en plus les inégalités sociales, lissées en érigeant de soi-disant « logements mixtes » clinquants. En parallèle, l’histoire du quartier est balayée à coups de pelleteuse et de rideaux anti­-poussière virant ainsi les pauvres qui n’ont leur place qu’à l’extérieur de la mégalopole de demain.

Résultat de recherche d'images pour "taper sur une casserole"

 

La mairie nous a proposé-e-s un relogement (qui ne convenait pas du tout) et depuis, elle ne nous donne absolument plus aucune nouvelle. Alors, si vous souhaitez soutenir ce lieu et dénoncer les politiques de gentrification, nous invitons à nous rejoindre dans :

 

LE CORTÈGE FUNÈBRE de L’ÉTINCELLE,

 

tous et toutes de noir vétu-­e-s, lors de la manif du 1er mai à ANGERS, 

à 10h30, place IMBACH. 

Et comme nous n’avons pas l’intention de rester discrèt­-e­-s, nous préparons une fanfare type batucada avec des percussions afin de faire un maximum de tapage dans les rues de cette ville.

 

Si vous avez des caisses claires, des casseroles, des cloches, des sifflets, des chiens trompettes ou tout autre élément qui pourrait faire assez de bruit, n’hésitez pas à les apporter avec vous.

Ensuite, rendez-­vous autour de 13h00 pour casser la croûte ensemble rue Maillé, devant l’Étincelle. Rapportez votre salade de crudités ou de nouilles, vos meilleurs gâteaux pour que la vie perdure dans ces rues!

Rassemblement contre les violences faites aux femmes, en mémoire de Tysone

Rédigé par Collectif Emancipation - - Aucun commentaire

 

 

Appel à un rassemblement en mémoire de Tyson, tuée par son mari, vendredi 7 avril 2017, à 11h30, devant le palais de justice d’Angers.

 

Dimanche 2 avril, à Trélazé, une femme âgée de 36 ans, mère de trois enfants, a été tuée à coups de couteaux par son conjoint. Le fils aîné de 11 ans qui tentait de s’interposer, a été blessé à la main et a dû être hospitalisé.

L’homme a été placé en garde à vue le soir même et serait poursuivi pour homicide volontaire et pour violences avec arme sur mineur. 

Tyson était accompagnée par l’association SOS Femmes. Elle avait déposé plainte plusieurs fois, pour « menaces de mort réitérées ». 

 

Ces faits ne sont, hélas, pas exceptionnels. Les violences dont sont victimes les femmes et auxquelles sont exposées les enfants sont un scandale national. En France, selon le Ministère de l’Intérieur, 122 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en 2015. Cette même année, 36 enfants sont morts dans le cadre de violences conjugales. Une femme meurt ainsi tous les trois jours dans notre pays et pour une femme sur dix, le foyer familial est le lieu de tous les dangers. 

C’est pour combattre ce fléau que se sont regroupées environ soixante-dix associations au sein de la

Fédération Nationale Solidarité Femmes. Objectifs : dénoncer les stéréotypes sexistes, promouvoir les droits des femmes, lutter contre les violences faites aux femmes. 

Ainsi, SOS Femmes 49, officiellement « référent violences conjugales » pour le Maine et Loire depuis 2008, accueille les femmes victimes de violences conjugales, les accompagne et, si nécessaire, les héberge avec leurs enfants. En 2016, 438 femmes ont été accueillies, 53 femmes accompagnées de 76 enfants ont été hébergés par l’association. 134 femmes et 152 enfants hébergés temporairement en hôtel ont également été accompagnés par l’association. 

Victime ou témoin, chacun est à même de contacter SOS Femmes 49 du lundi au vendredi : par téléphone, au 02 41 87 97 22 ; directement les après-midis à Angers (35 rue Saint-Exupéry) ou sur rendez-vous dans les permanences de Baugé, Cholet, Pouancé, Segré et Saumur. 

En partenariat avec Espace Femmes, le CIDFF 49, le Planning Familial, et l’APTIRA, associations engagées dans la lutte contre la violence faites aux femmes, SOS Femmes 49 appelle à un rassemblement citoyen le vendredi 7 avril à 11h30 devant le palais de justice d’Angers, en mémoire de Tyson, et pour montrer que, qu’on soit femme ou homme, refuser la «domination masculine », selon le mot du sociologue Pierre Bourdieu, est plus que jamais un acte de citoyenneté indispensable.

 

Fil RSS des articles