Manifestation pour la fermeture du bar identitaire à Angers - Samedi 24 février à 15h Place Imbach

Rédigé par Collectif Emancipation - - Aucun commentaire

Le collectif Emancipation est signataire de l'appel pour la manifestation pour la fermeture du bar identitaire L'Alvarium à Angers. C'est le samedi 24 février à 15h Place Imbach !

Soyons nombreuses-x contre l'implantation de leurs idées nauséabondes.

Le tract ici

Depuis La Manif pour Tous de 2012-2013, l’extrême-droite locale a repris du poil de la bête. Pire, elle bénéficie d’une relative impunité. La liste des méfaits d’une petite bande de jeunes gens de bonnes familles est longue : perturbation en 2011 d’un conseil municipal affublés de masques de cochons pour brailler contre le projet de nouvelle mosquée, destruction à plusieurs reprises de l’arbre de la laïcité depuis 2012, virées nocturnes en entonnant des chants nazis, insultes et violences racistes à la sortie d’un bar au printemps 2017, graffiti pro-Bachar el-Assad sur la maison de quartier de Belle-Beille la veille d’une soirée caritative il y a quelques semaines, etc. Très récemment cette mouvance s’en est pris au chantier de la mosquée en déposant deux têtes de sangliers fraîchement découpées. Trop souvent ces identitaires et cathos intégristes n’ont pas eu à répondre de leurs actes.

Mais leur dernière provocation ne restera pas impunie.

Cette petite bande occupe depuis quelque temps un appartement au rez-de-chaussée du 85 avenue Pasteur, à Angers. Y traînent des têtes connues pour leur engagement à la droite de l’extrême-droite : ceux-là même qui ont été condamnés pour insultes et agressions racistes dans les rues d’Angers en 2017. Parmi ces personnes on retrouve les deux fils d’un élu du Front National au conseil régional des Pays de la Loire.

Fascinée par le mouvement néofasciste italien Casapound, dont un des membres dernièrement en Italie a tiré sur cinq personnes parce qu’elles étaient noires, la bande a décidé de transformer cet appartement en « bar associatif ». Il est plus exact de parler d’un bar clandestin. Ce petit musée des horreurs a été baptisé « Alvarium » (la ruche) et a été inauguré en catimini fin janvier. Disposer d’un lieu de sociabilité est pour eux un enjeu crucial afin de garantir leur recrutement et amplifier leur capacité de nuisance. Nous ne pouvons accepter une telle menace tapie aux marges d’un quartier populaire. Déjà des agressions verbales à caractères racistes ont eu lieu contre des habitant·e·s du quartier.

C’en est trop. La riposte est déjà engagée. Si les autorités s’accommodent d’un tel local et fuient une fois de plus leurs responsabilités il n’en est pas de même du mouvement social, syndical et associatif. Nous prenons les choses en main et avons engagé des actions dans de nombreuses directions en vue de la fermeture rapide de l’Alvarium. Pour marquer notre détermination une manifestation s’impose. Nous comptons sur votre présence parce que, loin des clichés, l’antifascisme c’est l’affaire de tou·te·s.

Pas de fascistes dans nos quartiers, pas de quartier pour les fascistes ! Fermeture de L’Alvarium !

Rdv à 15h, samedi 24 février, place Imbach, devant la Bourse du Travail.

Premiers signataires : Alternative Libertaire 49, Le Cercle, Le Cri des Caves, Coordination Pas Sans Nous 49, Collectif Émancipation, CNT 49, Collectif de Soutien Aux Sans-Papiers 49, France Insoumise 49, FSU 49, Jeunes Communistes 49, Nouveau Parti Anticapitaliste 49, Nuit Debout Angers, Réseau Angevin Antifasciste, Rudy’s Back, UNEF Angers, Union Syndicale Solidaires 49, des individu·e·s,

Classé dans : Non classé - Mots clés : aucun

Il l'a étranglée, a brûlé son corps, et il faudrait qu'on le plaigne maintenant...

Rédigé par Collectif Emancipation - - Aucun commentaire

Image associée

Nous apprenons récemment par les médias qu'Alexia, la jeune femme dont le corps avait été retrouvé calciné il y a trois mois, a en fait été tuée par son propre  mari. Ce même mari qui, le visage bouffi par les larmes, avait "ouvert" la marche blanche en mémoire de la personne qu'il a lui-même assassinée, de ses propres mains.

L'avocat de ce dernier le défend en précisant qu' "A un moment, il y a eu des mots de trop, qu'il n'a pas su gérer." Ceci explique pourquoi il l'aurait donc tout naturellement étranglée, jusqu'à ce qu'elle en meure.
Ce mari tueur n'a pas encore avoué avoir brulé le corps de sa défunte amie pour faire disparaître les traces de l'étranglement avec ses empruntes mais il semble toutefois assez peu probable que ce soit le fruit d'une mystérieuse combustion spontanée. 

Cette femme fait donc elle aussi désormais partie de la trop longue liste des femmes victimes de violences conjugales. 

Violences Conjugales. 
Tiens, d'ailleurs, on entendait parler d'une polémique autour d'un groupe de musique qui avait choisi ce nom. 
 Quand on sait ce que ces deux mots peuvent évoquer en matière d'horreur, on a quand même un tout ptit peu de mal à accepter que cela puisse être utilisé pour désigner naïvement un projet artistique. 
Surtout quand il est formé par deux hommes, qui ne peuvent donc pas être concernés en tant que victimes (ou si peu)
Même si leur propos tiennent plutôt la route et n'incitent pas du tout à buter des femmes (au contraire), on n'arrive toujours pas à comprendre l'intéret d'avoir choisi ces termes lourds de sens comme simple nom de scène. 
Maladresse? Provocation? Idiotie? Volonté de faire réfléchir? 
Impossible de savoir, toujours est-il que si certains se permettent de le faire, c'est qu'il y a bien une banalisation et une dédramatisation de ce que sont VRAIMENT les violences conjugales. Le problème en fait, c'est que les gens s'en foutent des violences conjugales, parce que ce ne sont QUE des femmes butées/martyrisées par leurs maris après tout. 
Des femmes butées par leurs maris, c'est pas grave, on peut bien en faire un truc artistique, ça choquera personne. Elles sont habituées à en chier de toute façon  les bonnes femmes alors bon, hein. 

Sérieux, qui oserait s'appeler "Génocide Rwandais"? Quel projet artistique pourrait choisir "extermination des juifs" comme nom? Sans déconner, 
Vous accepteriez que des hypsters branchouilles (même très sympathiques) s'appellent comme ça vous? 
Nous, non.

Alors pas plus pour les meurtes de femmes abattues par leurs concubins/maris.

Parce que  les femmes qui finissent à la morgue lorsque leur mari/ami/concubin n'a pas pu retenir ses coups sous la colère, c'est tout sauf de l'art. 
Parce que pour le moment, on en est toujours à pleurer les mères, les filles, les soeurs qui se retrouvent au cimetière ou à l'hosto parce qu'elles ont subi la jalousie, la colère de l'homme qui, a force de partager leur vie finit par la leur prendre.
Parce que pour le moment, c'est encore nous, les femmes, les victimes de ce système qui cautionne, explique, justifie et pardonne la colère et la violence des hommes à notre égard,

Alors, maintenant, qu'est-ce qu'on fait pour qu'enfin ça s'arrête? 

Dans l'attente d'avoir réussi à abolir le patriarcat, le sexisme et la mysoginie (on s'y attèle tous les jours mais c'est vrai qu'on nous met souvent des bâtons dans les roues...) on peut soutenir  des associations qui peuvent porter secours : 
à Angers : SOS Femmes 
35 rue St Exupéry
49100 Angers
02.41.87.97.22
 
On peut aussi communiquer sur les droits des femmes :
sites au niveau national :  
http://www.solidaritefemmes.org  au 3919 (numéro vert)
http://www.stop-violences-femmes.gouv.fr

Et on soutient les personnes que l'on connait victimes de ces violences, tout en continuant à balancer les porcs ;)  ! 

 

Prochaine réunion: changement de lieu exceptionnel

Rédigé par Collectif Emancipation - - Aucun commentaire

Pour des raisons pratiques la prochaine réunion aura lieu au Casse-Croûte de Suzy ( 3 Rue de l'Espine ) à 19h le mardi 6 février.

Et non pas à l'Etincelle comme c'est le cas habituellement chaque premier mardi du mois.

Classé dans : Non classé - Mots clés : aucun
Fil RSS des articles