8 mars à Angers et lutte pour les droits des femmes : un sentiment de malaise...

Rédigé par Collectif Emancipation - - Aucun commentaire
 

 


En rapport avec la journée du 8 mars à Angers,  nous avons adressé ce courriel à la Ville d'Angers :

A l'attention de la Ville d'Angers et de Madame Roselyne Bienvenu Adjointe au Maire et Déléguée à l'égalité hommes/femmes
 
"8 mars à Angers et lutte pour les droits des femmes : un sentiment de malaise..."
 
Cette année 2017, certains événements que vous avez proposés pour la journée de lutte pour les droits des femmes ont attiré notre attention et nous ont laissées quelque peu perplexes. 
En effet, alors que nous nous rassemblions Place du Ralliement en cette fin d'après-midi afin d'exprimer et partager nos revendications quant aux nombreuses inégalités et discriminations que subissent les femmes -dans le monde du travail et pas que- nous nous sommes retrouvées nez-à-nez avec un tout autre évènement organisé par vos soins, à savoir, un cours de fitness gratuit, à l'attention des femmes, et dispensé par un animateur sportif de la Ville. 
L'évènement étant prévu à 18h30, il ne valait mieux pas que notre rassemblement "s'éternise trop" car on nous a fait comprendre que nos voix auraient été vite recouvertes par un bande son pop-technoïde ayant pour objectif de faire remuer leur popotin à ces braves femmes à qui l'ont fait comprendre qu'il faudrait qu'elles sculptent un peu plus leur silhouette au nom du féminisme. 

 

Le point intéressant de cette rencontre est que les deux messieurs responsables de l'animation de cette séance de stretching nous ont bel et bien présenté cette action dans "le cadre de la journée de la femme (l'afâme?)" et "que c'était à 200% féministe". 
Malgré leur réelle sympathie et leur très certaine bonne foi, nous nous sommes permis d'en douter, et bon nombre de personnes présentes au rassemblement également.
Comme précisé sur votre programme, "La Ville d’Angers et ses associations saisissent l’occasion de la journée internationale des femmes du 8 mars pour s’engager en faveur de l’égalité et promouvoir l’activité sportive féminine." 
Peut-être s'agissait-il donc de replacer des femmes dans un espace public habituellement occupé par des hommes? Peut-être l'intention était-elle vraiment féministe? Cela n'a malheureusement pas été perçu comme tel.

 

Et pour cause, car malgré le fait que n'ayons rien contre ce sport, en proposant un cours de stretching gratuit en plein centre ville à 17h30 le jour du 8 mars, il nous semble que cela ne fasse que conforter un sexisme déjà bien présent dans le sport qui consiste à inciter les femmes à s'inscrire dans des disciplines qui ont pour objectif clair et principal de modeler leur corps (pour être désirables), et pas forcément de s'amuser, vivre des sensations fortes ou de partager une discipline en équipe etc. 

 

Eh oui, même le gouvernement essaie de lutter
 contre les préjugés sexismes dans le sport ! Incroyable! 

           L'action aurait eu un tout autre impact si : 

 

-les entraineurs avaient été des entraineuses (et oui, cela peut paraître tout bête mais l'impact aurait été autre) 
-il s'était agi d'une pratique un peu moins "cliché féminin" (boxe anglaise, escrime, karaté, kapoera, foot, etc...) 

 

De fait, proposer un cours de stretching gratuit au beau milieu d'une journée de lutte pour les droits des Femmes, c'est un peu comme proposer un grand méchoui gratuit sur une journée de lutte en faveur des droits des animaux. 
 
Et cela ne nous convient évidement pas.  

 

En espérant tomber sur un autre type d'action le 8 mars prochain, 
Veuillez agréer, Madame, nos salutations féministes,
le Collectif Emancipation 

Fil RSS des commentaires de cet article

Les commentaires sont fermés.