Avortement, grossesse, contraception

Rédigé par Collectif Emancipation - - Aucun commentaire

 

Voici quelques lignes de début de réflexion, suite à une discussion entre membres du collectif anti-sexiste, Émancipation. Le 20 Novembre, aura lieu une contre-manifestation en faveur de l’avortement et contre les actes et les idées véhiculées par l’association SOS Tout petits, mouvement catholique pro-vie et anti-avortement. Nous souhaitions ne pas en rester là, et proposer un moment de discussion après cette action. Notamment pour approfondir la question de l’avortement et proposer un point de vue, propre au collectif, sur ce sujet.

Nous ne pensons pas qu’il est possible de parler d’avortement sans parler de grossesse et de contraception, ces trois thèmes sont liés, même si les normes sociétales tendent parfois à les opposer.

De plus nous sommes conscient-e-s qu’il est certainement plus facile de s’organiser collectivement contre une manifestation anti-avortement, que de lutter seul-e- contre les discours culpabilisateurs des institutions. Aux interrogatoires moralisants que l’on nous fait subir lorsque nous souhaitons avorter, adopter un autre mode de contraception que la pilule, ou accoucher d’une manière non conventionnelle, s’ajoutent des pratiques de spécialistes qui nous dépossèdent de nos propres corps, comme l'imposition de l'accouchement dit gynécologique (sur le dos), la dissuasion de choisir le DIU (dispositif intra-utérin ou stérilet) et autres éléments qui renforcent l'idée que la prise en main de notre propre corps ne nous revient pas.

Nous pensons que l’avortement peut être vécu comme un moment complémentaire à la grossesse, comme un moment faisant parti de la vie courante comme un moment de partage, de compréhension de son corps et d’interrogation sur les relations sexuelles et sur son rapport à la maternité ou à la paternité et non forcément comme quelque chose d’individuel, de culpabilisant et de douloureux.

Comme la grossesse, la contraception ne concerne pas que les femmes, mais également les hommes. Nous pensons donc important le développement de la recherche pour la contraception masculine, et également la manifestation d'un intérêt plus grand des hommes pour cette question.

Derrière les discours des institutions (États, Églises, Écoles, Familles, Institutions médicales), se cachent une volonté de contrôle des corps, d’aliénation des esprits et un sexisme profond qui entend dire la place de chacun et de chacune.

Ce sont ces discours et ces pratiques que nous souhaitons remettre en cause et discuter avec vous ce samedi 20 Novembre, à 20h30 à Étincelle, 26 rue Maillé, Angers.

La soirée se déroulera en non-mixité, c'est-à-dire une soirée à l'Etincelle pour les filles, et la même soirée au Slip (26,5 rue Maillé) pour les garçons.

 

 

Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

Quelle est la cinquième lettre du mot fyvgcc ?